FORUM ASSOCIE AVEC RADIO KALLISTU, LA RADIO DU WEB CORSE http://kallistu.playtheradio.com/


    j'aime beaucoup

    Partagez
    avatar
    sylviane
    Admin
    Admin

    Messages : 78
    Date d'inscription : 09/02/2010
    Localisation : Ailleurs

    j'aime beaucoup

    Message  sylviane le Jeu 4 Mar - 19:42

    L’espoir,

    Dans ce siècle, il est trop bizarre !

    Les gens sont devenus machinistes,

    Ils se lèvent tôt, ils dorment tard,
    Pour eux l’espoir c’est d’être réaliste !

    Exclamation


    _________________
    amicalement
    avatar
    DiSTuRBeD
    Admin
    Admin

    Messages : 254
    Date d'inscription : 31/01/2010
    Localisation : while (1) { cout << "Nowhere" << endl; }

    Re: j'aime beaucoup

    Message  DiSTuRBeD le Jeu 4 Mar - 20:37

    Pas mal du tout, très belle citation et surtout réaliste et d'actualité.


    _________________
    DiSTuRBeD - ~ Christine Is Watching You ~
    "The quieter you become, the more you are able to hear" (BackTrack)
    avatar
    Messaline
    Amateur
    Amateur

    Messages : 221
    Date d'inscription : 03/02/2010
    Age : 50
    Localisation : Secret défense

    L'espoir

    Message  Messaline le Jeu 4 Mar - 21:36

    C'est du Ferré ça !!!!!!!!!

    Un peu de lecture ?? pour entretenir l'espoir ou le désespoir !

    Et bon courage, parce-que c'est long ! Prenez le temps ou zappez !


    Léo Ferré
    ET... BASTA ! album "Amour anarchie" - 1973

    PS C'est même pas un cop/col je suis courageuse quand même !



    Quand j'emprunte des paradoxes, je les rends avec intérêts.
    J'enrichis mes prêteurs qui deviennent alors plus intelligents.
    Le taux usuraire de l'astuce n'est jamais assez élevé.
    Je ne sais pas d'où je viens mais je sais que je suis là, à reverdir, dans cette campagne toscane.
    Les rossignols teints au Gargyl chantaient des aubades pharmaceutiques.
    J'ai les cheveux trop longs... comme des voiles de thonier, mes beaux cheveux qu'on m'a toujours taillés, mes beaux cheveux longs dans ma tête.
    Dans la rue, on se retourne...
    Moi, je leur tire la langue!

    O belles pattes des fourrures
    Chapeau du vent de ces madames
    Inquiétude de la parure
    Toiles de soie vers vous je rame

    Je sais des paradis tranquilles où les anges n'ont pas de vin à boire mais des orages de raison.
    Des violettes de reverdie.
    Je sais des paradis tragiques où les fauteuils d'orchestre n'ont pas de mémoire
    Où les roses ne fleurissent que par osmose, et encore...
    Où les passions sont d'un autre ordre et les mirages d'une autre qualité et de la nuit pourtant venus...
    Je sais des paradis-bordels où l'on me fait signe
    Où l'on se signe
    Où l'on me désigne pour la bonté des mains tendues et des bouches capitales
    Comme au petit matin... Tchac!
    Je sais des paradis naturels où le mauve tient lieu de drogue
    Où l'on peut passer du mauve à la frontière
    Je sais des paradis câlins avec la barbe de deux jours et des saints
    Sans foi ni loi
    Sans feu ni eau
    Avec simplement une ceinture d'émigrant

    J'émigrerai quelque jour vers vos pays cachés
    Et ne reviendrai plus

    Regardez-moi
    Passants de rien, poules de luxe, fleurs incroyables
    Regardez-moi
    Je suis un migratoire, un migratoire
    Je suis un vieux corbeau qui court après une charogne comme un chien de course après le leurre
    Je suis un vieux corbeau de la plaine où je vais m'englânant des trucs dégueulasses, de vieilles graines d'homme qu'on a trop employées
    Je suis un vieux corbeau qui court après une corbeaute
    Je croasse comme on peut croasser quand on est un vieil oiseau de cinquante-sept piges

    Je tiens que le désespoir des ordures est une incompétence biologique à pouvoir en sortir un jour ou l'autre, coûte que coûte
    Quand la merde déborde, c'est encore de la merde
    À ce moment-là, je connaissais une chanteuse... Vous la reconnaîtriez aussi, c'est facile.
    Une chanteuse qui a le derrière sur la figure, ça vaut la carte d'identité, non?
    Et puis, Madame Lechose, taulière blonde, un peu grasse, un peu... Taulière
    à L'Escalier de Moïse, où il y avait de tout, du Fernand, du Ferré qui chantait au piano, avec son chien et ses grimaces, et son petit cachet...
    - Dis donc, Léo, ça ne te gêne pas de gagner de l'argent avec tes idées?
    - Non. Ça ne me gênait pas non plus de n'en pas gagner avec mes idées, toujours les mêmes. Il y a quelques temps.
    Vois-tu, la différence qu'il y a entre moi et Monsieur Ford ou Monsieur
    Fiat, c'est que Ford ou Fiat envoient des ouvriers dans des usines et qu'ils font de l'argent avec eux.
    Moi, j'envoie mes idées dans la rue et je fais de l'argent avec elles. Ça te gêne? Moi, non! Et voilà!

    Madame Lechose, un peu blonde, un peu... Je la regardais, des fois, en chantant, juste en face de moi, qui n'en perdait pas une, de ses fiches, et le whisky tant, et le gin-fizz tant, et le citron pressé tant... Et mon citron pressé?
    La Mère Lechose, un peu blonde, un peu grasse, toujours à l'heure, comme les vrais artistes, ceux qui travaillent, et comme ceux qui font travailler les artistes. Je faisais la salle.
    Jamais les clients. Arkel, mon chien, venait me chercher après le Flamenco de Paris.
    C'est tout ce que j'ai eu de vraiment espagnol à ce moment-là. Ce devait être un chien exilé.
    Je rentrais chaque nuit dans le désert Paris, dans cette brume des garages où reste un peu, le soir, après que les voitures soient passées, de cette odeur des temps modernes qui vous remonte du fond de votre carter, portant
    le deuil des foins brûlés. Je rentrais chaque nuit dans le désert Paris.
    Les putains ne m'accrochaient jamais. Elles savaient que j'étais un homme public, Elles, les filles publiques...
    - Alors, comme ça, on se prostitue, Ferré!
    Je rentrais chaque nuit dans cette maison douce où gouttait l'eau du robinet, dans cette cuisine un peu salle de bains, avec sa cuvette...

    Je vivais à ce moment-là avec une femme. Assez longtemps, avec des problèmes de mouise, d'attentes au bout d'un téléphone qui ne sonnait jamais.
    Le téléphone, quand il sonne trop souvent, on s'arrange pour faire répondre qu'on est là ou qu'on n'y est pas.
    Les importuns ne croient jamais ainsi qu'ils vous importunent et vous êtes tranquille. On ne peut pas être plus sociabilisé, pas vrai?
    Et puis, les commissions, le dentiste, les droits d'auteur minces, minces... Quand on travaille comme on veut, on touche comme on peut.
    J'allais chercher les sous moi-même, toujours moins de cent mille balles.
    Pas de chèque, et vite un restaurant dans un bon quartier. Et puis et puis, les souvenirs s'entassent. Le mariage vous mine petit à petit.
    On est fidèle parce que c'est l'usage et les années s'entassent aussi. Les souvenirs, d'ailleurs, c'est du présent discutable. On est hier, toujours.
    Moi, je vivais demain et ça fabriquait les malentendus. Un artiste vit toujours demain, sinon il est fait pour l'usine.
    À l'usine, le présent, c'est un cadeau quotidien, incessant.
    On peut te congédier, alors tu prends des dispositions particulières pour ne gueuler qu'en connaissance de cause et dans le silence revenu des retours à la maison.
    À la table de travail, devant la page blanche, l'artiste n'est pas là. Il vit là-bas, loin de tout, du téléphone, de sa compagne, de ses problèmes.
    La solitude est une affaire d'ordinateur. Moi, je me perfore loin des imbéciles et du propos courant. On me hait.
    Je m'en fous. Je suis un autre mec. Voilà.

    Ni Dieu, ni maître, ni femme, ni rien, ni moi, ni eux et Basta!

    Il y a l'amour... peut-être. C'est une solution, une solution à un problème qui reste un problème. Alors... Rien.
    Une solution... Un problème... Par quoi commencer?
    On donne et on te prend. Celui qui prend a l'impression qu'il donne...
    Arrange-toi avec ça, si tu peux. Il y a derrière les yeux des gens, une cité privée où n'entre personne.
    Une cité avec tout le confort d'imagination possible. Les gens que tu vois chez toi, sont d'abord chez eux. Ils ne te voient pas.
    Ils se singularisent dans l'immédiate et toujours constante défense de soi. Ils ont peur. Ils sont terribles, les gens.
    Ceux que tu appelles tes amis, ce sont d'abord des gens remplis du moi qui les tient en laisse.
    L'homme est un "self made dog"...
    Mais il parle au centre du monde, et le monde, c'est lui.
    Il transpire, il a une queue mais ne sourit pas avec, comme le chien. C'est tout et c'est trop.
    L'amitié, c'est comme le ciment armé: on ne sait pas comment ça vieillit. J'aime les vieilles pierres. Elles ne transpirent pas.

    Ni Dieu, ni maître, ni femme, ni amis, ni rien, ni moi, ni eux et Basta!

    "L'Écluse"... fin 49... Drôles de mariniers, sur ces quais néon'cifs!
    J'étais le pianiste et le chanteur. Cette " écluse " où la galère échoua, un soir, entre Barbarie et une Inconnue de Londres, et deux romances à goémons, une guitare et un gitan, égarés là... Allez donc savoir...
    Et ce taulier, qui me lucarnait derrière son zoom, un zoom qu'il vous plantait là, sur le front, jamais en face, jamais dans votre zoom à vous, toujours un peu au-dessus, comme s'il regardait l'ineffable.
    C'est pas mal, un particulier qui sue du goulot, qui transpire de l'en dedans. Rien ne sort jamais. Un lavatory, quoi! Qui garde tout, transmet, qui assume sa condition de réceptacle.
    L'âme de certains individus m'empêchera toujours de croire tout à fait en Dieu.
    J'ai oublié son nom. Il y a une chance pour les mauvais souvenirs.
    - Eh! Ferré! Bonjour, tu te rappelles? C'est moi... l'ordure...
    - Qui ça? Ordure? Tiens, il y en a encore dans le siècle?

    Je vous demande excuse, Monsieur. Je ne connais, quant à moi, que des anges...

    Ni dieu, ni maître, ni anges, ni rien et Basta!

    Il faudra que je change de support. Écrire sur des champs de luzerne, sur des biffetons "Banque de France", des faux, sur le ventre de certaines Girls in Magazines. En tournant la page, on pourra voir, juste en dessous.
    Les girls, ça se regarde où ça s'invente. En dessous de trente ans, c'est plus lisse, et c'est, des fois, encore un peu môme. Après, ça se froisse, et on les jette.
    Il faudra que je change de support. Le papier, yen a marre!
    De ce papier-xylo qui fait grincer, gémir les arbres que je porte en moi.
    Quand on scie un arbre, j'ai mal à la jambe et à la littérature. Quelle horreur, la parlote! Écrire partout, à l'envers de toi, sur mon coeur, sur ma loi, dans mon froc, lorsque tu me regardes précisément et que je te dis que je suis dingue de toi, pour te faire couler ton printemps court...
    Cours, cours, petite, n'oublie pas.
    Sur mon cahier quadrillé c'est la misère. J'essaie de mettre au carreau mes ailes, mon job. Rien à glander, today, au club des métaphores.
    Il faut que ma plume feutrée, ma petite japonaise glissante et noire soit serve d'une certaine rigueur de gueulante.
    Le drapeau noir, c'est encore un drapeau.
    Il faudrait que je leur lance un Manifeste de la Méthode.
    Quelque chose de concret, du style genre polyester qui aurait l'air de ne pas moisir dans les gothiques et qui psalmodierait tranquillement des lamentations tocs devant le Mur des Fédérés...
    Sur la fenêtre, je pourrais mettre un vieux chiffon rouge, histoire de bien signifier mes origines. Des tambours, aussi, et des crécelles à couvrir de leurs criasseries les millions de chevaux Paris, Milan, New York and so and soon.
    Au large, hommes tergaliens, boys d'alpaga, filles jeanisées au maxi, avec vos clous dessinant les orages du Guevara.
    Le Che crevé, crucifié, pourri déjà, même sur vos images.
    Dépoitraillez-vous, Hommes, s'il en reste, et venez-vous chauffer au
    bain-marie de ma métaphore, celle qui appelle chat une amphore et gouttière un vieux thème serbo-croate.
    Au large! Monocluez-vous l'oeil de rechange et changez de basse-cour.
    Fuyez vers les tramontanes d'Eros, puisez dans les accordéons des rythmiques plus sûres, vers les caniveaux.
    Plongez-y en lune à becs frisants... Vous y verrez peut-être une gorgée de solitude...
    Quand je me regardais, en ces temps, au ras du trotte madame, la neuille, des fois, une image reflétée me donnait la solution du style.
    Ma méthode est simple: Mettez-vous à coucou, Place de la Bastille et prenez-vous pour un serpentaire.
    Vous verrez alors qu'il n'y a plus de métaphore possible quand on se dénature, quand on se désanalyse, quand on s'antidate et qu'on s'insectise, quand, mouche devenue, pour prendre le quart dans un hôtel fameux où la passe est sanguine ou à Bidon's City, vous pourrez sentir s'exhaler la queen, et la vrombir, et la gémir, et la voir même prendre son pied à certaines désinences. Alors, vous aurez accompli la mutation que j'attends de vous, Mouches vertes des prairies du double... Je vous ai créées.

    Je dirigeais alors des fantômes bon marché, dès que j'achetais dans des économats spécialisés en bizarreries, en relativisme du tout- venant.
    J'avais une carte qu'on me tamponnait à chaque coup. L'employé me disait:
    - Alors, ça biche, Ferré? Vous en prenez pour votre pognon?

    Un réverbère propre à décrypter les étymologies les plus perverses
    Un chandelier en robe du soir
    Un réveille-la-Mort des fois qu'on oublierait de s'actualiser
    Un canevas dernier modèle pour tricoter de l'affection technicolor
    Des ciseaux pour tailler dans le vif du sujet même si le sujet ne colle pas à la syntaxe
    Des hôtels barbelés au travers desquels je pisserais quand même
    Des mômes à comètes et à cendriers portables histoire d'être confortable au risque de payer de leur vie
    Des vies punies de vide et de tambours voilés frappant tout doux ta résurrection journalière

    Quand je dors je suis mort sans bière uniquement avec du Coca sur la table de chevet
    Je lis des sons particuliers quand Ludwig sanglote doucement les bras tendus vers la Neuvième

    Les épices m'ont toujours brûlé le charme
    J'ai du slave qui se balade quelque part entre peau et jactance
    La mer, chez moi, dans la rue, cela m'était facile
    Je l'appelais, elle arrivait: le flot, bouillonnant, au ras de chaussée

    L'eau cette glace non posée
    Cet immeuble cette mouvance
    Cette procédure mouillée
    Me fait comme un rat sa cadence
    Me dit de rester dans le clan
    A mâchonner les reverdures
    Sous les neiges de ce printemps
    A faire au froid bonne mesure
    Et que ferais-je nom de Dieu
    Sinon des pull-overs de peine
    Sinon de l'abstrait à mes yeux
    Comme lorsque je rentre en scène
    Sous les casseroles de toc
    Sous les perroquets sous les caches
    Avec du mauve plein le froc
    Et la vie louche sous les taches...

    La mémoire et la mer...

    Ton corps est comme un vase clos
    J'y pressens parfois une jarre
    Comme engloutie au fond des eaux
    Et qui attend des nageurs rares
    Tes bijoux ton blé ton vouloir
    Le plan de tes folles prairies
    Mes chevaux qui viennent te voir
    Au fond des mers quand tu les pries.
    Mon organe qui fait ta voix
    Mon pardessus sur ta bronchite
    Mon alphabet pour que tu croies
    Que je suis là quand tu me quittes...

    La mémoire et la mer...

    Cette mer cavaleuse, propre, cynique... Ce toit tranquille, comme disait l'autre... Ce drame mouvant comme un outrage de la nature, quand j'y plonge, de mémoire, je m'y perds, et moi, et mon courage, et ma passion, et ma musique.

    Le vent, y aidant, n'a qu'à bien se tenir. Il se prosterne, ce vent filou des bises des frilures...
    68... 68... 68...
    Noblesse du calendrier.

    Je ne vais tout de même pas te raconter comment et pourquoi j'écris des chansons, non? C'est comme ça!
    Ma main sur le clavier de mon piano est reliée à un fil et ça marche. Je suis "dicté".
    J'ai un magnétophone dans le désespoir qui me ronge et qui tourne et qui tourne et qui n'arrête pas.
    Alors je copie cette voix qui m'arrive de là-bas, je ne sais, qui m'arrive, en tout cas, et je la reconnais chaque fois. Ça fait comme un déclic et ça se déclenche.
    Je suis le porte-parole d'un monde perdu, présent pour moi, d'un monde auquel vous n'avez pas entrée parce que si tu y entres, dans ce monde, tu perds pied et deviens inédit. Ton foie, tes poumons, ton sexe, tout ça est à toi.
    Ta tête, non. Si tu es fou, alors viens dans mes bras. Je t'aime.

    68 68 68 68 68

    Il y a des chiffres qui me font mal à mon dicteur. 68... Il s'en fout mon dicteur, il le connaît ce chiffre. Il l'a fait, comme on fait une partie de cartes. Les cartes, aujourd'hui, sont mêlées. Il n'y a plus rien qu'une certaine forme de dictature sentimentale qui vous arrange et qui vous endort pendant que les Autres veillent.
    Vous êtes vraiment des cons et des malheureux. Ou bien alors, crève, paysan, crève et passe de l'autre côté de la rue, avec tes dieux, avec tes maîtres, avec tes pantoufles et tes clopes...

    68 68 68 68 Madame la Misère... Misère c'était le nom de ma chienne qui n'avait que trois pattes...
    Ton style, c'est ton cul, et oui... quand il a du style! Ça ne dure pas longtemps. Un cul, ça se cache un jour ou l'autre. Plutôt un jour que l'autre.
    Quelle connerie!

    Ni Dieu, ni maître, ni toi, ni eux, ni cul, ni rien

    68 / 73 NON STOP

    Je suis d'un autre monde et tu le savais bien
    O toi qui tant et tant me regardais et m'écoutais
    Tu m'apportes le fait d'un instant de malheur
    Je drisse tout à coup avec ma peine en l'air
    Vas-y petit les oiseaux s'en vont de côté cet hiver

    68 / 73 NON STOP

    La vie d'artiste... C'est dur de ne pas être, hein?
    Il y avait vraiment de quoi
    Ça a commencé pour rien, en trombe, Rue des Écoles et à la Maube
    Understand?
    Les drapeaux noirs et les aminches et l'Été 68 et puis les anarchistes
    Où ça?
    Les purées de Nanterre et la purée des anges
    Tu l'envoies, ta purée?
    Je signe dès ce jour avec mon double crème
    Je vivais dans l'ardeur de notre connerie
    La très haute la très grande
    Et je suis seul ce soir devant le ciel brouillé
    NON STOP avec des bulles dans ma tête
    C'est difficile à raconter ce genre de bulles, même pas au neuro...
    Vous n'avez rien compris ni toi ni lui ni eux
    Ni rien
    Understand?
    Quand je pense que je pensais à vous comme à une épure de chantoung
    Cette soie je la pressens toujours comme un destin pavé
    Vous étiez de cette intelligence sûre
    Et qui se connaît bien
    Et qui drague la nuit les grands auteurs
    Pour être sûre d'être orthodoxe
    Les mains... Ah! Les mains...
    Ça me fait peur ces mains tendues et renfrognées et biaiseuses
    Vous aviez les mains gercées de rancoeur
    De cette rancoeur qu'on promène tranquillement
    Sans rien devoir à personne
    Avec ces fautes de parler et de syntaxe qui me sont devenues insupportables
    Et puis cette culture qui débordait de vos calepins
    Oublie donc Camarade oublie les soirs épais comme l'encre de Chine
    Oublie les yeux drivés par le regard là-bas
    Drive-toi pénardement dans les horribles banlieues où tout est bien
    Où l'avenir est aux pointés pointeurs
    Arrache-toi doucement à la musique d'acier de ce Paris
    Qui vous manque dès que vous le déjugez
    Vous n'êtes que des Parisiens
    Des Parisiens

    68 / 73 NON STOP

    Le grand drame des solitaires c'est qu'ils s'arrangent toujours pour ne pas être seuls.
    Qu'est-ce que j'en ai marre
    Je l'ai dit
    Je l'ai écrit
    Je le redis
    Je le réécris
    Maintenant je fais gaffe. Tu parles!
    Je paie des gens pour les besognes élémentaires et ne mange plus avec eux
    J'ai gardé ma première facture de restaurant. Combien? où j'ai mangé tout seul cet été
    Je l'ai mise sous verre et la montre à mon fils non non non tous les jours
    C'est la gravure de mon 68 à moi. On a les 68 qu'on peut
    Quand les gens se mettent à avoir une comptabilité derrière les yeux ils deviennent des comptables!

    Qu'est-ce que je fais ici, à cette heure, attendant je ne sais quelle sonnerie de téléphone me rendant une voix, quelque part, quelque chose de fraternel, d'insoumis, de propre, de comme ça pour le plaisir, de rien, de larmes j'en ai trop en veux-tu? de quoi, enfin? Penses-tu!
    Le silence, lui, ne téléphone jamais, et c'est bien comme ça, c'est bien.
    La vie ne tient qu'à un petit vaisseau dans le cerveau et qui peut déconner à n'importe quel moment, quand tu fais l'amour, quand tu divagues, quand tu t'emmerdes, quand tu te demandes pourquoi tu t'emmerdes.
    Il faudra que je prenne un jour quelque distance et dire à qui voudra mon style de pensée et de vie et de mort et je m'en monterai doucement du fond de l'An dix mille...

    Je suis le vieux carter d'une Hispano Suiza
    Une première femme: six ans de collage administratif.
    Une deuxième femme: dix-huit ans de collage administratif.
    Elles ne me voient plus que publiquement, elles savent, elles me connaissent
    Moi je ne les vois plus publiquement
    Si je les rencontre, alors... alors...
    Les rides ça s'apprend petit à petit. Je sais.
    La vieillesse c'est une façon de coup de poing dans la gueule
    Au-dessus de trente ans, allez... allez-vous faire foutre.
    Moi, j'ai cent mille ans. C'est pas pareil. Je suis un mort en instance et je vous regarde.
    On se demande ce qu'on fout à se multiplier par deux
    Deux coeurs deux foies quatre reins...
    Quand je vois un couple dans la rue, je change de trottoir.
    Je suis seul et je pisse quand même.
    Le couple? Voilà l'ennemi! Je t'aimais bien, tu sais?

    Les souvenirs s'empaquettent négativement
    La mémoire négative, c'est une façon de se rappeler à l'envers, c'est plus commode
    Les ombres passent, un peu grisées
    On pense à des gravures pleines de roussures, sans grand talent qui dépassent de l'encre rapportée
    Les souvenirs n'ont pas de talent, ils végètent dans un coin du cerveau
    Un amas cellulaire qui s'ennuie et qui perd sa charge. Comme une batterie.
    La matrice nourricière? Il y a urgence. Le piment, le vrai, c'est celui qu'on rajoute.
    La femme inventée ne déçoit jamais, seulement, il faut tout le temps en changer.
    L'invention permanente, tout, les dentelles, le savoir tout en dedans du dedans...
    L'érotisme c'est vraiment dans la tête
    Et puis, pas tellement que ça...
    Une jupe, un cul de hasard et le reste...
    Les collants... C'est de la pure imprécation
    J'ai besoin de les arracher ces cuirasses fileuses
    La femme en collant peut partir à la guerre, comme au Moyen Âge...

    Quelle horreur, quelle défense d'entrer dans le jardin avec des fleurs...
    Mener un train d'enfer à une pépée maxi, le long du fleuve, une pépée tout encerclée d'idées reçues.
    Et pas moyen de lui griffer la chatte C'est vraiment dégueulasse la moralité publique
    L'enfer? Une façon de voir et de se laisser voyant.

    Ni Dieu, ni maître, ni Eros, ni collant.

    Des bas oui, des bas, avec un peu de cette blancheur qui tend à une géométrie particulière
    Un peu de cette blancheur des fois tirée vers le malheur et puis l'angoisse du déjà vu
    Du déjà pris
    Je sais de toute éternité que tu n'es pas à moi
    Rien n'est à moi que l'illusion et encore Je l'invente tellement cette illusion
    Quand je la rencontre, l'Illusion, elle m'est déjà ancienne et chiffonnée
    Salut! Ma petite Camarade, Salut!

    Mes illusions je les arrange, quand je n'ai pas envie de leur parler et de leur dire qu'elles ne sont là que parce que c'est l'usage
    Elles deviennent mes souvenirs controuvés.
    Le moulin de Pescia
    Le papier
    L'odeur
    Ce type empaqueteur
    Cette machine à pointer, en bas,
    Ce soleil de Mars et cette brume en préface à la belle journée se préparant, se fardant de nuages discrets et prometteurs de belles coulées de ciel dans ce bleu d'aventure et songeant comme change ta vie à chaque instant, à chaque millième de seconde toi, vieillissant au fil de moi maintenant que je pense à toi, t'écrivant, te dictant, t'improvisant aussi comme une musique de messe noire
    Ce péage avec ce mec au mois, qui s'en fout,
    Caron d'un macadam déroutant, compteur du trouble et de l'ennui
    Ces accidents abstraits que je m'invente au hasard des 150 à l'heure
    Ce retour dans le bleu et cette façon de ne pas être dans le siècle et tout en y roulant
    Cette descente vers les chiens et leurs paroles rassemblées

    Cette pintade mise en route et mes fureurs de cuisinier sentant mouiller la casserole et s'attacher à un désespoir ailé
    À des oiseaux traqués dans des caisses avides
    Et tout ce néant de la merde qui monte à mes babines
    Ce code pénal particulier qu'on devrait pouvoir lire en petites notes en bas de page du livre des recettes
    Cette soirée après les autres
    Cette machine qui tant et tant dactylographe
    Ces cris perdus quelque part et que je n'entends pas et qui retrouvent un coeur saignant
    Ce pain de seigle qui s'éternise sous la dent dure du couteau scie
    Les choses manufacturées qui souffrent à travers celui qui les a machinées
    Et ces choses qui souffrent dans l'idée de celui qui les regarde
    Ce piano, ma maison ancienne, anciennement la mienne et cette humide honte les touches qui s'étaient décollées et des larmes qui me venaient d'un chagrin de Czerny
    De Debussy aussi
    Cette horrible femme qui a désossé mon piano en attendant qu'on ne le coupe en deux pour en avoir son dû... La moitié
    Mais la moitié de la musique? La moitié de ma tête? La moitié du sentiment banni?
    Le code civil distribué en bandes dessinées aux imbéciles inadaptés
    Ce parfum de la nuit comme une pièce de piano de Debussy jouée par Gieseking
    Cette passion de passionner tout ce qui se passe autour de moi
    Les loups promis
    Les guffi
    Les araignées dessinées avec leur toile sur ce gadget tirelire avec son cadavre peint en vert et qui salue
    Cette envie de passer vite très vite et puis quand même m'attarder sur le bestiaire de ma mie
    La source et le cloaque
    Ça dépend du contexte
    Les chiens c'est comme les gens: avec un os Ça grogne.

    Ni Dieu, ni maître, ni mie, ni bestiaire, ni gens, ni os.

    La solitude est une configuration particulière du mec: une large tache d'ombre pour un soleil littéraire
    La solitude c'est encore de l'imagination
    C'est le bruit d'une machine à écrire
    J'aimerais autant écrire sur des oiseaux chantant dans les matins d'hiver
    J'ai rendez-vous avec les fantômes de la merde
    Les jours de fête, je les maudis, cette façon de sucre d'orge donné à sucer aux pauvres gens, et qui sont d'accord avec ça et on retournera lundi pointer.
    Je vois des oranges dans ce ciel d'hiver à peine levé
    Le soleil, quand ça se lève, ça ne fait même pas de bruit en descendant de son lit ça ne va pas à son bureau, ni traîner Fg Saint-Honoré et quand ça y traîne, dans le Faubourg, tout le monde s'en rengorge. Tu parles! Ni rien de ces choses banales que les hommes font qu'ils soient de la Haute ou qu'ils croupissent dans le syndicat. Le soleil, quand ça se lève, ça fait drôlement chier les gens qui se couchent tôt le matin
    Quant à ceux qui se lèvent, ils portent leur soleil avec eux, dans leur transistor.
    Le chien dort sous ma machine à écrire. Son soleil, c'est moi
    Son soleil ne se couche jamais... Alors il ne dort que d'un oeil
    C'est pour ça que les loups crient à la lune. Ils se trompent de jour.
    Les plantes? Les putes? Les voitures
    Cette voiture aussi qui débordait... C'était terrible... Qu'est-ce qu'on riait!
    Et je rêve aujourd'hui d'une voiture monoplace...
    Et ce bois de chauffage qui s'est gelé des tas d'hivers en attendant mon incendie...
    Je vous apporterai des animaux sauvés, l'innocence leur dégoulinant des babines ou de leurs yeux...
    Je mangerai avec eux, de tout, de rien.
    Je boirai avec eux le coup de l'amitié et puis partirai seul vers un pays barré aux importuns
    Presque tous.
    Je suis un oiseau de la nuit qui mange des souris
    Je suis un bateau éventré par un hibou-Boeing
    Je suis un pétrolier, pétroleur de guirlandes et de marée plutôt noire comme mes habits, et un peu rouge aussi, comme mon coeur
    J'aime
    La multitude
    La multitude
    Les chiens
    Les hiboux
    Les horreurs

    68 / 73 NON STOP

    Dans la Cité il y a la fête allez-y. Je t'invite à y boire
    À mon malheur, à mes cheveux, à mes parents, à mes avions hiboux
    Comme en 747
    En 747 je vous le dis Tous ces rampants iront brouter du fil coutil
    Des ténèbres et du sang mijoté dans des endroits particuliers
    Dans des endroits comme à la gauche du sacripant dont vous avez décidé que je sois le souteneur patenté, indécis, frivole et centenaire.
    Les comptes à rendre ne sont jamais à prendre
    Je vous rends des comptes que je n'ai jamais eus
    Que vous m'avez comptés, dûment, précisément.
    Les équations sur le grand huit de der ça me fait bien rigoler.
    Cette chanson qui tant et tant me désespère
    Et que je ne vous chanterai jamais
    Je n'ai plus de voix pour vous Plus Plus Plus

    68 / 73 NON STOP

    Comme un voilier dans les descentes vers le Sud
    En autoroute et des voiliers roulant
    Foutez-m'en vingt litres, Camarade!
    Je descends à la proche banlieue
    Celle qui se défait vers le quinzième, You see?
    Cette banlieue de mes défaites et de votre Vertu, Camarades
    Allez-y le sang n'est plus de Une le sang des réverbères gauchisants
    Dans les aciers de cet Orly où je m'envole
    Vers où?
    Devine!
    Je sais des vagabonds pleins de sous de sonnaille et qui sonnent dans les soirs tristes de Paris
    Quand je m'envole et quand tu assassines ce petit enfant
    Cet enfant du malheur auquel je fais des signes
    Et puis qui me regarde me mirant dans l'eau verte de ses beaux yeux
    Ah la passion des clairs obscurs sur les minuits
    Quand nous allions vers les mirages et les bifs de carême
    Je suis Perhaps Perhaps Peut-être Magari...
    Et toi et Lui et Vous et Elle
    Elles... Elles ont toutes une cicatrice qui nous fait des blessures
    Elles ont toutes un entre deux sur lequel je dégueule
    Partons partons
    68 Cette marée rouge et moirée
    Le 10 comme un chiffre soumis
    Le 10 du mois de Mai de cet An de soixante et huit
    Non- stop au carrefour T'es dingue et je poursuis une comète
    Non- stop la tendresse de ces soirs inventés
    De ces soirs sans heure sans compagne dans le siècle un peu puant d'étoiles
    Non- stop sur une bulle comme une idée poignante
    J'ai l'invention qu'il faut pour me tirer de vos outrages
    L'outrage le plus absolu est cette poignée de main avec dans l'idée une potence
    Et le sourire le sourire Camarade
    Le sourire c'est de la peur comptée d'avance
    Le sourire c'est une prescience d'outre-tombe
    C'est un peu la tendresse des insoumis
    Ce sourire dis donc!
    Qu'est-ce que le sourire en dedans de la tête comme une ride intelligente?
    Quand les rides ça se met à être intelligent c'est ce qui fait le monde clos.

    Ni Dieu, ni maître, ni code, ni quoi
    Pas vrai, mec!
    avatar
    DiSTuRBeD
    Admin
    Admin

    Messages : 254
    Date d'inscription : 31/01/2010
    Localisation : while (1) { cout << "Nowhere" << endl; }

    Re: j'aime beaucoup

    Message  DiSTuRBeD le Jeu 4 Mar - 22:03

    Alors là...
    Que dire ? Que dire à part "Magnifique" ?

    J'ai lu (en partie) et c'est vraiment magnifique, limite philosophique.
    Génial, tout simplement !

    Merci pour ce bon moment !


    _________________
    DiSTuRBeD - ~ Christine Is Watching You ~
    "The quieter you become, the more you are able to hear" (BackTrack)
    avatar
    Messaline
    Amateur
    Amateur

    Messages : 221
    Date d'inscription : 03/02/2010
    Age : 50
    Localisation : Secret défense

    Ah Léo !ferré

    Message  Messaline le Ven 5 Mar - 14:33

    C'est vrai que c'était un philosophe. J'aime particulièrement cet album, et les autres aussi ...
    flower

    Contenu sponsorisé

    Re: j'aime beaucoup

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 23 Oct - 14:28